Le travail d’identification et de protection de documents réalisé en juillet dernier à la Médiathèque de Caucriauville a été fait par des travailleurs détachés

Travailleurs détachés à la ville du Havre : Et l’emploi local ?

Voici l’intervention de Nathalie Nail lors de la séance du Conseil municipal du 22 septembre 2014 à propos des travailleurs détachés à la médiathèque de Caucriauville (dossier n°57).

Monsieur le Maire,

Puisqu’il nous est proposé là un avenant concernant le marché à bon de commande passé avec Bibliothéca, je veux saisir l’occasion de m’élever contre les pratiques de cette société qui, comme d’autres, a recours à des travailleurs détachés… Un fois de plus, cela se passe sur le territoire Havrais, et cela se fait par l’entremise de la Ville du Havre. La dernière fois, pour les compteurs d’eau, c’était la CODAH….

Car effectivement ce travail d’identification et de protection de documents fait en juillet dernier à la Médiathèque de Caucriauville a été fait, jusqu’à preuve du contraire par des travailleurs détachés… en plein mois de juillet alors que des centaines d’étudiants havrais n’ont pas trouvé d’emploi saisonniers cet été, crise oblige, alors que le taux de chômage dans notre ville est de 12%, 20 % dans certains quartiers…

Vous allez me dire que vous n’y êtes pour rien, il en va ainsi des marchés…

Sauf que c’est votre politique, celle que vous soutenez, oui celle de l’UMP, puisqu’une fois les élections passées, pour soutenir votre ami bordelais, vous acceptez enfin d’afficher votre étiquette politique…

Alors je n’ai rien contre ces travailleurs détachés, qui sont malheureusement les victimes du système, un système oui, que vous soutenez quand vous votez à Paris, où vos amis UMP au Parlement Européen, avec beaucoup d’autres, du reste, des directives et des lois autorisant la sous-traitance à outrance avec toutes les conséquences et le dumping social qui érige en règle la concurrence entre les salariés tirant les salaires et les droits sociaux vers le bas, alors que l’exigence des salariés est toute autre.

Surtout lorsque l’on connait le chiffre d’affaire de Bibliotheca qui est par ailleurs en situation de quasi-monopole : 2.243 kilo euros !

Quand est-ce que dans cette ville l’emploi local aura la priorité ?

Alors Monsieur le Maire, une nouvelle fois, je vous demande de faire en sorte que tout soit fait pour que les chantiers locaux servent l’emploi local, et qu’au-delà, des élus courageux et progressistes mettent en place des dispositions nationales et européennes pour remettre en cause ce système …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *