La mise en place de la réforme des rythmes scolaires par la municipalité relève est un exemple d'inorganisation !

Rythmes scolaires : une rentrée chaotique au Havre

À l’occasion du Conseil municipal du 22 septembre,Nathalie Nail profite du débat sur la délibération n°76, relative aux rythmes scolaires, pour revenir sur la mise en place chaotique de la réforme dans notre ville.

Monsieur le Maire,

Puisqu’il est question ici de l’organisation de la réforme des rythmes scolaires sur notre ville, en dehors du fait que nous nous abstiendrons sur cette délibération, je voudrais vous faire part, au cas où les affaires présidentielles vous aient accaparés en dehors du Havre, de l’inorganisation qu’a connue cette rentrée scolaire, qui je pense, restera dans les annales.

Des personnels pleins de bonnes volontés pour accueillir les enfants mais non formés, non informés, tout comme les parents d’ailleurs qui vous le savez, n’ont pas tous internet ;
Aucune liaison ou très peu avec les enseignants qui du coup ne sont pas capables de donner les bonnes informations ;
Des lieux d’accueils qui changent au dernier moment…

Je pense à cette enfant déposée l’école Flaubert et dont la maman ne savait où la récupérer le mercredi soir, elle l’a finalement récupérée à 19 h à Montgeon ;
Je pense encore a cet autre enfant de 3 ans, déposé à 7h30 le mercredi matin qui ne déjeunera qu’à 13h30, le temps d’arriver centre aéré ;
Je pense aussi à tous ceux qui n’ont pas de place en péri-scolaire…

Et je ne parle pas des activités à venir pour lesquels c’est la plus grande injustice, puisqu’en fonction de l’école, c’est telle association dont on dépend donc telle activité, alors tant pis si cette association n’a guère les moyens de proposer autre chose que du foot, du basket, de la danse ou du dessin…pendant que d’autres proposeront la visite du Muséum, car situé à proximité.

Et je ne pourrais terminer mon propos sans évoquer le coût inacceptable pour les familles.

Cette organisation est du ressort du service public, et cela devait de rester public et gratuit pour éviter toutes les dérives, le rendre payant sur les heures de cours d’avant revient à privatiser une partie de l’enseignement..

Les tarifs proposés là, c’est en moyenne pour les familles 11 euros la semaine que pour le péri-scolaire…

Et si vous pouvez prévenir les familles qui ont dores et déjà inscrits leurs enfants et qui au bout du compte ne les mettent pas avant novembre car les activités n’ont pas encore commencé qu’ils recevront leur facture même sils n’y ont pas mis leurs enfants, car visiblement beaucoup l’ignore.

Quelle équité entre ceux qui ont les moyens et ceux qui n’en ont pas ?

Quand vous êtes à choisir chaque mois quelle facture régler entre le loyer ou l’électricité et à économiser le moindre euro pour nourrir ses enfants…le choix de ne pas mettre son enfant au périscolaire est tout de suite fait…

Vous nous dites que cette réforme a un cout, et je reconnais les carences du gouvernement dans la manœuvre (et il n’y a pas que là d’ailleurs) mais je ne voudrais pas vous exonérer car combien d’économies réalisées quand en 18 ans vous avez fermés 18 écoles ? Quand le samedi matin a été supprimé, souvenez-vous, si nous en sommes là, c’est d’abord et avant tout parce qu’il y a eu des décisions brutales et irresponsables du gouvernement UMP que vous souteniez !

Et lorsqu’il s’agit de trouver de l’argent vous savez faire : 600 000 euros pour le Forum de l’économie positive qui a lieu mercredi prochain…

Et puis « non », Monsieur le Maire, pour nous l’éducation n’est pas une marchandise, l’éducation et la réussite de nos enfants c’est notre avenir, l’avenir d’un pays donc il faut se donner les moyens.

Alors le dispositif est en place tant bien que mal, il est encore temps d’y apporter des modifications, la gratuité d’une part mais aussi l’équité de services d’autre part, une meilleure communication aussi entre les différents partenaires…

Il est encore temps car il n’est jamais trop tard pour bien faire, il en va de l’avenir de nos enfants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *